tulipes

  • Grand Bigard et ses tulipes 1-20

    2006grand_bigard (1)


    2006grand_bigard (2)


    2006grand_bigard (3)


    2006grand_bigard (4)


    2006grand_bigard (5)


    2006grand_bigard (6)


    2006grand_bigard (7)


    2006grand_bigard (9)


    2006grand_bigard (10)


    2006grand_bigard (11)


    2006grand_bigard (12)


    2006grand_bigard (13)


    2006grand_bigard (15)


    2006grand_bigard (16)


    2006grand_bigard (17)


    2006grand_bigard (18)


    2006grand_bigard (19)


    2006grand_bigard (20)


    Historique du château de Grand-Bigard

    La Belgique a toujours émerveillé le touriste qui la découvre, par la beauté de ses monuments historiques et de ses châteaux. Le Brabant contient plusieurs de ces châteaux qui témoignent d’un passé glorieux, mais celui dont s’enorgueillit la jolie commune de Grand-Bigard, à 7 km à l’ouest de Bruxelles, est, sans conteste, l’un des joyaux du patrimoine belge.
    Le château de Grand-Bigard dont la date de construction remonte aux années 1110, est entouré d’un large fossé où dort une eau profonde et que délimitent les hautes frondaisons d’une couronne de grands hêtres plusieurs fois séculaires.
    Un pont à cinq arches, commandé par deux magots héraldiques du XVIIème siècle l’enjambe et conduit au pont-levis qui précède le châtelet d’entrée dont la partie centrale date du XIVe siècle.
    Le château lui-même est un bâtiment aux vastes proportions et d’une pureté de style admirable: il constitue un spécimen remarquable de la Renaissance flamande, et se compose d’un long corps de logis à un étage dont la brique rose, sur laquelle tranche la pierre blanche des entablements des hautes fenêtres à meneaux, se marie agréablement aux pentes bleutées de la toiture d’ardoises.
    L’aile gauche est surmontée d’un bulbe, la chapelle est à l’aile droite et n’a subi aucune modification depuis trois siècles.
    Le donjon qui dresse sa silhouette massive, haute de trente mètres, à gauche du châtelet d’entrée et comporte quatre étages. Les murs ont une épaisseur de trois mètres. De la plate-forme du quatrième étage, entourée d’un mur crénelé, un panorama prestigieux se déroule, qui s’étale sur tout le pays flamand à trente kilomètres à la ronde.


    HISTOIRE DES PROPRIETAIRES :


    Le premier seigneur de Bigard, Almaric de Bigard y vivait vers 1110. Depuis, 40 propriétaires s’y sont succédé. On y retrouve de grands noms de notre histoire nationale. Parmi eux: Guillaume Rongman, seigneur de Bigard, se distingua particulièrement; “Capitaine de la Ville de Bruxelles” en 1422, par ordre de Philippe le Bon, il réprima les troubles qui y sévissaient. Il obtint pour prix de ses services, la jouissance de l’hôtel d’Ostrevant, qui devint la Monnaie du Brabant. Cette demeure seigneuriale était bâtie sur les terrains de la place de la Monnaie actuelle. Sa mission terminée, le Seigneur de Bigard remit les clefs de la Ville aux magistrats le 25 décembre 1424.
    Le quatorzième Seigneur de Bigard, Guillaume Estor, fit également une brillante carrière militaire. Sa vie est une longue suite de guerres et de combats. Nommé panetier de Brabant par lettres patentes de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, comte de Charolais, Guillaume Estor fut blessé d’un coup de serpentine au siège d’Amiens, en 1471. Il devint échevin du duc de Brabant, puis échevin de Bruxelles en 1475 et Amman de cette ville de 1477 à 1480, jusqu’au moment où Bruxelles fit sa soumission à l’empereur Maximilien.
    Le 6 janvier 1548, son petit-fils Jean Estor et sa mère furent exécutés, pour crime d’hérésie, dans la prison de Vilvorde. Leurs biens furent confisqués et Charles Quint vendit la Seigneurie de Bigard à Gaspard Schetz, Seigneur de Grobbendonck, par lettres patentes datées de Bruxelles le 14 février 1549, pour 17.800 livres, à raison de 40 gros la livre (monnaie de Flandre).
    Le Seigneur de Grobbendonck épousa, en secondes noces, Catherine d’Ursel, descendante de Rongman et de Catherine de Bigard. Catherine d’Ursel, étant la dernière du nom, Gaspard Schetz obtint de porter le nom pour le perpétuer.
    Laurent Longin, Seigneur de Lembecq, Trésorier général de Charles Quint, puis, en 1630, le comte Clarisse Amman d’Anvers, et enfin, au départ d’une grande lignée, le comte Philippe de Boisschot, furent les dignes successeurs de cette Seigneurie. A son tour, Ferdinand de Boisschot, Chevalier de l’ordre militaire de Saint-Jacques, comte d’Erps, baron de Saventhem, Chancelier du Brabant, fut autorisé à charger ses biens d’un fidéi-commis perpétuel. Il mourut le 24 novembre 1649 et fut inhumé à Notre Dame du Sablon, devant l’autel de la Vierge.
    Son arrière petite-fille, Hélène de Boisschot, épousa Charles Ferdinand, comte de Königsegg-Rothenfels, régent intérimaire des Pays-Bas. À l’occasion de ce mariage, l’impératrice Marie-Thérèse érigea en marquisat, au profit du nouvel époux, sous le nom de Boisschot, la seigneurie de Bigard et les terres comprises dans le fidéi-commis.
    Charles Ferdinand gouverna deux fois la Belgique, en 1716 et en 1743. Il reçut le Collier de la Toison d’Or des mains de Charles de Lorraine, en 1744. Sa fille Marie épousa le comte de Zierotin, Chambellan de l’Empereur d’Autriche. En 1797, sa petite-fille, Marie de Zierotin devint comtesse de Tour-et-Taxis.
    Mais c’est le comte Ferdinand de Boisschot qui marqua profondément le domaine de son passage par l’agrandissement des bâtiments existants et la construction de nouveaux. Il fit adosser la chapelle au château en 1640. Son obit s’y trouve encore avec pour date: 1649. L’obit de Charles Ferdinand de Königsegg-Rothenfels, comte du Saint-Empire, chevalier de la Toison d’Or, s’y trouve également, avec l’inscription: Vienne, 19 décembre 1759. Après lui, le domaine fut progressivement morcelé.
    En 1902, Raymond Pelgrims de Bigard se trouvait devant des bâtiments complètement délabrés et mutilés. L’entrée du château était défigurée par une agglomération de fermes, les douves étaient comblées. Des vestiges d’un tel passé, Raymond Pelgrims de Bigard devait faire, en trente années d’efforts, une des plus prestigieuses demeures de notre pays.


    Le plus malchanceux des seigneurs de Grand-Bigard

    Celui-ci n'est autre que Jean Estor, déjà cité. Sous Charles Quint, il dirigea avec sa mère, Marguerite de Baenst, le château de Grand-Bigard. Jean était au service de l'empereur. Un jour, il rencontra un certain Antoine de Zayment, excellent soldat et habile chirurgien, mais aussi tête chaude, passionné d'astrologie et . converti au protestantisme. Etant donné que Charles Quint considérait le protestantisme comme une menace pour son empire, il interdit avec la plus grande fermeté cette forme d'hérésie. Quiconque enfreignait cet interdit s'exposait à de terribles châtiments, comme la peine de mort et la confiscation de ses biens. Antoine de Zayment, en visite au château de Grand-Bigard, se montra si convaincant que Jean Estor et sa mère embrassèrent le protestantisme. Ils commirent toutefois l'erreur de manifester leur conversion en public, notamment dans l'église paroissiale, où ils interpellèrent le curé qui collectait les aumônes et vendait des images pieuses.

    Les foudres de l'autorité ne tardèrent pas à s'abattre sur eux, sans toutefois réussir à les ébranler. Ils se retirèrent dans le grand donjon du château et soutinrent le siège des jours durant. Après avoir failli périr enfumés, ils abandonnèrent toute résistance et furent jugés par le Conseil de Brabant. Bien que défendus par l'élite des avocats de l'époque et proclamant leur retour à la foi de leur enfance, ils furent condamnés à mort. Le Conseil de Brabant, Marie de Hongrie, à l'époque gouvernante des Pays-Bas et l'empereur Charles Quint lui-même rejetèrent tous les recours en grâce. Jean Estor et sa mère furent décapités en secret - un privilège réservé à la noblesse - le 5 janvier 1548. Quant à Antoine Zayment, il réussit à s'échapper, mais pris au piège, il ne vit d'autre issue que de sauter d'une fenêtre. Cette chute lui fut fatale et son corps fut abandonné à l'appétit des corbeaux.

    Vivez le plus fleuri de vos printemps en visitant  l’exposition florale dans le parc du château de Grand-Bigard.

    5ème Exposition Internationale de fleurs
    Printemps à Grand-Bigard
    du 10 avril au 4 mai  2008

    Historique de la tulipe

    La tulipe arriva en Europe grâce à un Flamand…
    En 1593, le Flamand D. Busbecq était ambassadeur à Constantinople où il découvrit dans les jardins du Palais une nouvelle fleur: la tulipe.
    Il envoya des bulbes à son ami hollandais Carolus Clusius (Charles l’Ecluse), célèbre biologiste du Hortus Botanicus de Leiden, qui décida de les cultiver dans son jardin.

    La Tulipomania
    La nouvelle de la beauté de cette fleur se propagea rapidement et de riches hollandais furent prêts à payer des fortunes pour des bulbes de tulipes.
    Une spéculation folle sur les bulbes s’empara de la Hollande.
    Mais en 1617, la fièvre retomba et ce fut un véritable “crash de la tulipe”,
    ce qui ruina plus d’un spéculateur.
    La tulipomania n’était plus qu’un souvenir.