barrage

  • Le virage

    DSC00752

    Voila repost avec le blanc atténué

  • Le lac d'Emosson

    Bibiday 584

    Hier je vous présentais la vue sur la chaine du mont blanc, voila le coté opposé.

    Le cirque d'Émosson est une cuvette d'origine glaciaire située en Suisse aux confins de la France. Elle est précisément adossée au massif des Aiguilles Rouges, au cirque de Sixt, à la vallée d'Illiez. Son unique débouché se fait vers la partie suisse de la vallée de l'Eau noire, par le cours d'eau de Barberine.

    La marjeure partie est sous eau suite a la construction du: Barrage d'Émosson, qui  a été construit  de 1967 à 1973, sur la rivière Barberine, pour fabriquer essentiellement du courant industriel à 50 Hz. Sa construction a provoqué l'engloutissement du plateau d'Émosson. Le nom du barrage a été choisi en souvenir dans ce plateau.

    Cet ouvrage entièrement situé en Suisse reçoit également des eaux en provenance de France, en particulier des glaciers d'Argentière et du Tour, mais aussi du vallon de Bérard. L'aménagement hydro-électrique ainsi formé est franco-suisse et fut inauguré en octobre 1976.

    Le lac artificiel (cote : 1931 m) mesure 5 km de long et contient environ 225 millions de m³ d'eau. Lorsqu'il est plein, ce troisième barrage submerge de 42 m le premier barrage de Barberine. Il est alimenté non seulement par les eaux du voisinage mais aussi par celles du massif du Mont-Blanc, captées et acheminées dans des puits blindés passant sous la vallée de l'Eau noire et remontant par effet de vases communiquants.

    Alors que le lac et le barrage d'Émosson sont en Suisse, la centrale correspondante est située en France, à la frontière du Châtelard. L'exploitation des eaux est réalisée par une société binationale, Électricité d'Émosson SA, qui produit du 50 Hz industriel. La production est proportionnelle aux volumes d'eau amenés par chaque partenaire (EDF et ATEL) et est partagée à 50% pour la France et 50% pour la Suisse.

    Par ailleurs, les CFF continuant à exploiter les droits d'eau acquis avec les barrages de Barberine et du Vieux-Émosson par leurs propres centrales électriques situées au Châtelard VS et à Vernayaz et fabricant du courant fréquence 16 ⅔ Hz.

    On accède au barrage soit par l'ancienne route de service ayant servi à la construction du barrage, soit en empruntant les Attractions ferroviaires du Châtelard VS (Funiculaire + Petit Train Panoramique + Minifunic)[1] depuis le village suisse de Le Châtelard VS, soit, pour les plus courageux, à pied par le col du Passet (ou Passer) depuis Vallorcine ou Barberine.

  • Vue sur le mont blanc

    P9165423
     

    Photo prise près du barrage d'Emosson coté Suisse

    Barrage d' Emosson


    Le barrage voûte d'une hauteur de 180m et d'une longueur au couronnement de 560m, est la deuxième plus grande retenue de Suisse, la première étant Grande Dixence. Le mur comprend 1.1 millions de mètres cubes de béton qui accumule une capacité de 225 millions de mètres cubes.
    Sa réalisation dure de 1967 à 1972 avec un coût total d'environ 700 millions de francs suisse.
     

    L'eau provient de différents bassins versants suisses et français, à travers divers collecteurs.
    -Le collecteur Nord draine et amène par gravité, dans la retenue, les eaux du Haut-Giffre et le collecteur Ouest, les eaux de Bérard et de Tré-les-Eaux.

    -Le collecteur Sud recueille par des prises sous-glaciaires, les eaux des glacieur du Tour et d'Argentières, qui par un phénomène de syphon remontent de l'autre côté de la vallée de l'Eau Noire dans la retenue d'Emosson.

    -Le collecteur Est draine les eaux du Val Ferret le bassin des Esserts, transitent par l'usine de Vallorcine et sont refoulées par pompage à Emosson.

    Le barrage se remplit à la fontes des neiges, et l'eau stockée durant l'été est utilisée en hiver, lorsque la consommation d'électricité est la plus forte.

    Plusieurs usines turbinent cette eau en deux paliers: les usines de Châtelard (CFF) et de Vallorcine (ESA) situées à une altitude d'environ 1100 m dans la vallée du Trient, puis les usines de Vernayaz (CFF) et de la Bâtiaz (ESA) dans la plaine du Rhône à une altitude d'environ 450 m. Une fois l'eau du barrage turbinée, elle est restituée au Rhône et poursuit naturellement son chemin vers la Méditérranée, après avoir transité par le lac Léman.

    P9165424
  • Un Lion dans la Brume

    Voila une des très nombreuses photos prise vers 6.30 hrs du matin du promontoire du barrage de la Gileppe en attendant la fin des orages et de la drache nationnale,ici on voit un peu le lion ,mais par moment il était englouti dans le brouillard.

    lion

     

  • Partis pour un lever de Soleil

    6 heure 30 du Mat

    Après avoir inventé une nouvelle danse qui reprenait un peu de la danse  tyrolienne pour chasser les moustiques mangeurs d'hommes, au signal de Botrange  vers 5 heures du mat, afin d'admirer et figer sur nos appareils un superbe lever de soleil.

    Lequel lever de soleil s'est subitement fait remplacer en dernière minute par une  méga drache nationnale accompagnée d'éclairs mais pas au chocolat.

    Nous escaladons ensuite péniblement un des plus haut sommet de Belgique  et plantons notre drapeau Treakearth a 7000 metres.

    Heu...Bon comme je ne suis pas Marseillais j'enleve un zéro Bibiweb ;D)

    Nous effectuons un repli stratégique sur le barrage de la Gileppe .

    La-bas nous improvisons un ballet d'ombres chinoises, avec un lever de rideau sur...

    Heu... plutot un abaisser de rideau d'eau.

    Les quelques courageux se reconnaitrons surement.

    Pour les absents devinez


    Voici le clou du spectacle :

    l'abaisser de rideau

    d'eau

    drache