• Oostende *** L'estacade ***

    DSC02599

    La mer du Nord pourrait être qualifiée de "mare aux canards" en comparaison des océans, mais elle n'en est pas moins d'une grande richesse de vie. L'eau et les sédiments recèlent en effet une grande diversité de faune et de flore. La mer du Nord est également un écosystème sensible soumis à de fortes pressions par les activités humaines comme la pêche, l'exploitation de sable et de gravier, la navigation maritime, l'exploitation pétrolière et gazeuse, le tourisme et l'industrie. La mer du Nord est entourée de pays densément peuplés et fortement industrialisés. Et la partie de la mer du Nord qui baigne la côte belge n'y fait pas exception, bien au contraire.

    Outre les organismes vivants, notre littoral est également riche en minéraux. Le sable et le gravier y sont exploités pour l'industrie de la construction. N'oublions pas non plus les travaux de dragage. Même s'il ne s'agit dans ce cas que du déplacement de matières d'un endroit à un autre, il ne faut pas minimiser les effets physiques et la contamination éventuelle résultant du déversement des déblais de dragage provenant des ports.

    Parallèlement aux industries du littoral et aux activités économiques réalisées en mer, le tourisme et les loisirs représentent également une activité socio-économique importante. La côte belge est un lieu d'attraction touristique qui accueille aussi bien des visiteurs belges qu'étrangers. Chaque année, ce ne sont pas moins de 30 millions de personnes qui fréquentent notre littoral, dont environ 17 millions y séjournent. Ce qui produit également des effets sur les dunes, les plages et l'eau.

    Sachant qu'il n'est pas possible de négliger les activités humaines dans le cadre de la gestion de l'écosystème de la mer du Nord, nous devons trouver un bon équilibre entre les deux volets et veiller à leur maintien.